Bombardier confirme ses prévisions dans un climat compliqué

Le Global 7500 a reçu sa certification FAA en novembre dernier, et est déjà un succès de vente. Crédit : Bombardier.
Bombardier a confirmé ses prévisions de résultats pour 2020, mais au prix de réductions d’effectifs drastiques.

Le groupe canadien Bombardier voit enfin le bout du tunnel. Son patron Alain Bellemare, arrivé en février 2015 pour remettre l’industriel sur les rails, a confirmé les prévisions du groupe de retour à la performance financière en 2020. Le groupe devrait connaître une hausse de son chiffre d’affaires de 10 % en 2019, pour atteindre 18 MdUS$. Le CA devrait enfin dépasser les 20 MdUS$ en 2020, avec le retour d’un flux de trésorerie positif et le début d’une réduction de la dette.

L’amélioration est due notamment à l’extension des revenus en provenance des services ferroviaires, mais également aériens, que Bombardier a renforcé. Le groupe bénéficie également d’un carnet de commandes exceptionnel pour son nouveau modèle d’avion d’affaires Global 7500, anciennement Global 7000, dont tous les exemplaires ont été venus jusqu’en 2021. L’avion occupe le créneau très porteur des avions très longs courriers (plus de 14 000 km de rayon d’action), très rapides (Mach 0,925) et à grande capacité (jusqu’à 19 passagers). La division business jet devra atteindre en 2019 le seuil de 155 livraisons, contre 135 en 2018.

Cet article compte 440 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

avatar