La DGA présente un bilan exceptionnel et veut embaucher

Rafale
Un Rafale Marine au décollage sur le porte-avions américain USS Harry S. Truman (CVN 75). Crédit : Ricardo J. Reyes, US Navy.

La Direction générale de l’armement (DGA), qui gère le développement et l’acquisition des matériels du ministère français de la Défense, a présenté le 10 février un bilan exceptionnel pour 2015 : les exportations vont atteindre environ 16 Md€, notamment grâce à la vente des Rafale en Égypte et au Qatar. C’est deux fois mieux que 2014, et cela pose de nouveaux défis.

« L’exportation doit désormais être prise en compte dès la conception » des équipements, a expliqué le délégué général Laurent Collet-Billon lors de la conférence de presse organisée dans le nouveau ministère de la Défense à Balard, dans le sud-ouest de Paris.

Les besoins des pays acheteurs sont tels que la DGA souhaite désormais embaucher, après des années de diminution de la masse salariale. Plus de cent personnes doivent rejoindre la DGA en 2016, et en tout plus de 500, selon le délégué.

En ce qui concerne les développements, la DGA poursuit ses accords bilatéraux avec la Grande-Bretagne. Pour le nouveau drone MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance), il est espéré qu’une notification d’un contrat de définition soit faite en juin. « Ce qui nous intéresse, c’est la gestion des données », a insisté le délégué.

Enfin pour l’A400M, la DGA attend cette année six appareils au standard tactique, trois d’entre eux neufs, et trois rétrofités. Ceux qui seront pendant quelques mois retirés du service pour ce rétrofit n’ont pas encore été choisis, a indiqué le général Monique Legrand-Larroche.

AUCUN COMMENTAIRE