Le Superjet 100 en difficulté

La carcasse du SSJ100 est expertisée. Crédit : Comité d'enquête de Russie.
L’accident mortel de l’avion à Moscou le 5 mai pourrait mettre en difficulté l’ensemble du programme, déjà handicapé par un manque de succès commercial et les aléas dommageables de ses activités de service.

Quarante et une personnes ont perdu la vie le 5 mai dernier sur l’aéroport de Moscou-Cheremetievo lorsqu’un Superjet 100 de la compagnie Aeroflot a pris feu lors d’un atterrissage d’urgence. Après avoir rebondi trois fois sur la piste, le train de l’appareil a percuté, les réservoirs pleins de kérosène de l’avion, qui avait décollé quelques minutes plus tôt du même endroit. Les ailes ont pris feu, puis tout l’arrière de la cabine, donnant lieu à une évacuation chaotique, pendant laquelle on a vu des passagers emporter leurs valises.

Une erreur des pilotes, qui ont survécu, n’est pas à exclure : ils avaient demandé à atterrir après que l’appareil a été frappé par la foudre. Disposant seulement de commandes minimales, ils ont calmement demandé à se poser. Il semblerait néanmoins que l’avion a abordé la piste beaucoup trop rapidement, déclenchant ce rebond mortel, puisque les réservoirs étaient encore pleins.

Cet article compte 400 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

avatar