Reaper et ALSR font la paire dans l’ISR

Reaper
Le Reaper en opérations à Niamey. Crédit : F. Lert - Aerospatium.
L’Armée de l’air française poursuit l’accroissement de sa capacité ISR (Renseignement, Surveillance et Reconnaissance) avec une flotte mixte mêlant drones Reaper et avions pilotés. Un programme de bon sens mais qui se met en place très lentement.

La communauté des drones de l’armée de l’air française est à présent sur une trajectoire bien établie, avec deux systèmes de MQ-9 Reaper Block 1 déjà livrés et deux autres attendus au standard Block 5 avant la fin de l’année.

Bien qu’il soit une évolution du Block 1, le MQ-9 Block 5 va toutefois exiger de repasser par un cycle de qualification et d’évaluation avec la DGA (Délégation générale de l’armement) et le CEAM (Centre d’expertise aérienne militaire), si bien que les Block 5 ne seront pas opérationnels avant 2020. Ils arriveront donc trop tard pour répondre aux contraintes calendaires imposées par le pouvoir politique concernant l’armement des drones.

Cet article compte 850 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

avatar