Antimissiles sur le Golfe arabo-persique

Batteries de S-400 russes déployées en Syrie. Crédit : Ministère de la Défense de Russie.
La prolifération des missiles à courte, moyenne et même longue portée au Moyen Orient ouvre un nouveau marché pour les fournisseurs de moyens antimissiles, jusqu’ici uniquement mis en œuvre dans la région par les États-Unis, Israël et plus récemment la Russie.

« Je ne voudrais pas citer de pays en particulier mais les menaces [balistiques] ne cessent de croître en nombre, en précision et en portée. » Les récents événements dans la région ont bien du mal à donner tort au laïus introductif de Tim Cahill, directeur de la défense antiaérienne et antimissile chez Lockheed Martin, lors de sa présentation sur les solutions de défense antimissile devant la presse internationale au salon de Dubaï.

Cet article compte 720 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE