Boeing doit faire face au cumul des crises

737 MAX
Le 737Max8 d'Ethiopian qui s'est écrasé le 10 mars 2019, photographié au décollage à Tel Aviv un mois plus tôt. Crédit : CC - LLPG Spotter.
Un an après l’immobilisation du 737 MAX, les critiques ne tarissent pas contre Boeing et son appareil, dont le retour en vol cet été n’est toujours pas assuré, alors que le secteur est confronté à la pandémie de Covid-19.

Une crise peut en cacher une autre : l’épidémie de coronavirus a relégué au second plan la crise du 737 MAX, mais pour Boeing, elle complique fortement le parcours d’obstacles dans lequel l’avionneur est engagé depuis un an pour le retour en vol de son blockbuster. L’anniversaire de l’immobilisation de l’appareil, le 13 mars, est passé relativement inaperçu, mais il a été marqué par la publication du rapport intérimaire du bureau éthiopien de sécurité aérienne, sévère pour Boeing, et d’un rapport au vitriol de la commission des Transports du Congrès américain, jugeant le monocouloir « dangereux ». En outre, la Federal Aviation Administration (FAA) insiste sur la nécessité de revoir une partie du câblage électrique de l’appareil.

Cet article compte 1030 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE