Les nouveaux modules russes de l’ISS encore plus en retard

Le module laboratoire russe Nauka en préparation chez RKK Energiya. Crédit : Roskosmos.
La Russie aimerait participer à la future station cislunaire étudiée par la Nasa mais ne parvient pas à achever ses modules pour la Station spatiale internationale sur orbite basse.

Roskosmos a passé en revue cette été les options pour la poursuite de ses programmes habités au-delà de la fin de l’ISS, prévue entre 2024 et 2028. L’option d’une station russe et d’une participation à une mini-station à proximité de la Lune sont en compétition.

Cet article compte 355 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE