Succès d’une interception en salve contre un ICBM simulé

Deux missiles GBI ont été tirés des silos 23 et 24 de la base de Vandenberg pour l'essai FTG-11. Crédit : MDA.
Les États-Unis continuent de tester leur capacité à intercepter les attaques balistiques, avec un second succès enregistré en deux ans face à un missile intercontinental simulé.

Le 25 mars vers 17 h 30 TU, deux missiles GBI (Ground-Based Interceptor) ont été tirés à quelques secondes d’intervalle de silos situés sur la base californienne de Vandenberg, pour intercepter un engin cible tiré dix minutes plus tôt du polygone Reagan sur l’île de Kwajalein, dans les îles Marshall (Océan Pacifique).

Il s’agissait du premier tir du GBI en salve. Selon le communiqué de la MDA (Missile Defense Agency), l’agence du Pentagone qui chapeaute l’ensemble des systèmes antimissiles américains depuis 2002, le premier des deux intercepteurs EKV (Exo-atmospheric Kill Vehicles) placés sur une trajectoire d’interception a percuté et détruit l’ogive inerte, juste avant son entrée dans l’atmosphère, à mi-chemin entre Hawaï et la côte ouest des États-Unis. Le suivant a déterminé quel débris résultant de cette interception présentait le plus de risque d’être une ogive et n’en trouvant aucun a sélectionné l’objet « le plus létal » avant de le percuter à son tour.

Cet article compte 1 090 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE