ADP adapte son infrastructure à l’évolution du trafic

Augustin de Romanet a inauguré la première zone livrée de la Jonction. Crédit : ADP.
Le trafic aérien mondial double en nombre de passagers tous les quinze ans mais pas la capcité des aéroports. Avec la Jonction d’Orly, ADP a inauguré une première extension de sa plateforme qui doit gérer des appareils emportant toujours plus de passagers.

À mi-parcours du Contrat de régulation économique 2016-2020 qui régit ses relations avec l’État et avec un œil sur l’échéance des Jeux olympiques de 2024, le groupe Aéroport de Paris (ADP) commence à livrer une partie des infrastructures qui vont permettre aux plateformes parisiennes d’Orly et de Roissy d’accueillir plus de passagers alors même que le nombre de mouvements d’avion reste limité.

Le 10 avril, Augustin de Romanet, P-DG d’ADP, a ainsi inauguré une première portion de la Jonction d’Orly, le nouvel aérogare en construction qui relie les terminaux d’Orly Ouest et d’Orly Sud. Cet élément Mesa (Mise en service anticipée) ne représente encore que 3 500 m2 sur les 80 000 m2 de l’ensemble du bâtiment mais il permettra de rajouter deux portes d’embarquement avant l’été. Le reste du terminal, qui a représenté un investissement de 385 M€, dont 250 M€ pour le bâtiment lui-même, sera livré en avril 2019.

Cet article compte 740 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar