Boeing dédouané sur le crash de Lion Air

Le Boeing 737 Max 8 qui s'est écrasé le 29 octobre 2018. Crédit : Lion Air.
Un mois après le crash meurtrier d’un 737 MAX en Indonésie, le rapport d’enquête pointe une défaillance de sécurité de la compagnie, pas de l’avionneur.

Le rapport préliminaire du bureau enquête accident indonésien sur le crash d’un Boeing 737 MAX 8 de Lion Air le 29 octobre rapporte que le vol précédent de l’appareil qui s’est abimé en mer a connu des problèmes similaires avec des donnés de vitesse erronées et une assiette automatique en descente, mais l’équipage est parvenu en sécurité à destination.

L’appareil n’aurait pas dû être autorisé à voler après un problème technique lors de cet avant-dernier vol, a estimé le responsable de l’agence de sécurité des transports, l’Indonesian national transportation safety committee (NTSC), Nurcahyo Utomo, en présentant le rapport mercredi.

Le 737 MAX 8 s’est abîmé au large de l’Indonésie une dizaine de minutes après son départ de Jakarta à destination de Pangkal Pinang, faisant 189 morts. L’appareil connaissait des problèmes récurrents autour de ses capteurs d’incidence (AOA, Angle of Attack sensor). Il a été autorisé à repartir après le remplacement des capteurs AOA, mais ces problèmes sont réapparus dès le vol du 28 octobre précédant celui du crash.

Cet article compte 890 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

avatar