Boeing paie le prix de ses manquements sur le 737 MAX

737 MAX
Le 737Max8 d'Ethiopian qui s'est écrasé le 10 mars 2019, photographié au décollage à Tel Aviv un mois plus tôt. Crédit : CC - LLPG Spotter.
Pour Boeing, la sortie de la crise du 737 MAX va passer par le paiement d’importantes amendes et indemnités pour ses nombreux manquements techniques et éthiques dans la gestion du programme, qui ont fini par coûter la vie à 346 passagers.

Boeing solde une grande partie des comptes du 737 MAX. L’avionneur américain a accepté de verser plus de 2,5 Md$ pour mettre en partie fin aux poursuites engagées dans le cadre de l’enquête américaine sur les deux accidents du monocouloir remotorisé. Une fraction de la somme correspond à une amende pénale.

Accusé de « faute criminelle » par les autorités fédérales, l’avionneur américain va payer 243,6 M$ de sanction pénale, 1,77 Md$ d’indemnités aux compagnies aériennes – qu’il avait déjà accepté de verser et qui étaient déjà provisionnés – et 500 M$ pour la création d’un fonds au profit des proches des 346 victimes de ces deux accidents. L’avionneur indique avoir passé une provision supplémentaire de 743,6 M$ dans ses comptes au quatrième trimestre 2020. Au total, il avait jusque-là estimé la facture de la crise du 737 MAX à 20,6 Md$, hors indemnisation des victimes.

Cet article compte 740 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE