Changement d’équilibre sur un marché contracté

Boeing Charleston marché
Le site de Boeing à Charleston. Crédit : Boeing.
Les scénarios de reprise du trafic aérien prévoient une baisse de la demande d’avions neufs et un déplacement du cœur de marché vers les monocouloirs. Les avionneurs vont devoir s’adapter en conséquence et protéger la filière.

Les scénarios envisagés pour la reprise du marché commencent à être pris en compte par l’industrie. Entre reports et annulations de commandes d’une part et la possible consolidation des flottes, les hausses de cadence sur les moyen-courriers seront reportées et les baisses sur les long-courriers accélérées. Pour les avionneurs, il s’agit de s’adapter à la nouvelle demande, mais aussi de rentabiliser les lignes de production et d’assurer la survie de la chaine d’approvisionnement ainsi que sa capacité à remonter en cadence après la crise.

Airbus a déjà annoncé une réduction d’un tiers de sa cadence de production, alors que « de nombreux clients demandent de différer leurs livraisons », selon son patron Guillaume Faury. Il n’y a « pas d’annulation en vue mais beaucoup de demandes de reports », a-t-il indiqué, « c’est pourquoi nous avons décidé de ne pas produire les avions que nous n’allons pas livrer en 2020. »

Cet article compte 1 250 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE