Entretien avec Daniel Neuenschwander, directeur du Transport spatial de l’ESA

Daniel Neuenschwander, directeur du transport spatial à l'ESA. Crédit : N. Imbert-Vier - ESA.
Au moment où Ariane 6 passait son grand oral commercial, les attaques se sont succédé contre le prochain lanceur européen, accusé de ne pas être crédible sur un futur marché où les satellites manqueront et les lanceurs réutilisables abonderont. Le Suisse Daniel Neuenschwander, directeur du Transport spatial de l’ESA, ramène dans le débat un peu de ce bon sens montagnard qu’il revendique.

« Nous devons réduire le coût de l’accès à l’espace à la manière européenne. »

Comment se déroule la revue sur l’introduction commerciale d’Ariane 6 ?

Daniel Neuenschwander : L’ERKP (Exploitation Readiness Keypoint) est terminé. Le rapport de la revue a été finalisé le 4 décembre. Il a donné le feu vert pour « avancer sur les activités de transition et de première phase d’exploitation stabilisée d’Ariane 6, à condition qu’un certain nombre d’actions soient remplies ».

Cet article compte 2 195 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE