Feu vert au retour en vol du 737 MAX

737 MAX American Airlines retour en vol
Le premier 737 MAX d'American Airlines a été livré en septembre 2017. Crédit : Boeing.
Après vingt mois d’immobilisation, l’interdiction de vol du 737 MAX a été levée aux États-Unis. Le retour en vol prendra du temps. Les pilotes devront être formés, les compagnies aériennes devront remettre en vol des appareils parqués depuis plus de vingt mois, et Boeing devra reprendre la livraison de ceux qui envahissent ses tarmacs à Everett, Moses Lake et San Antonio. Mise à jour de l’article du 16 novembre.

Paré au décollage ! La FAA (Federal Aviation Administration) a donné son feu vert à une reprise des vols du 737 MAX, plus d’un an et demi après l’immobilisation de l’appareil. « Steve Dickson a signé aujourd’hui une directive qui ouvre la voie au retour du Boeing 737 MAX en service commercial », a annoncé la Federal Aviation Administration dans un communiqué le 18 novembre, comme l’avait annoncé Reuters une semaine auparavant. La FAA a également publié une directive de navigabilité (AD) qui dresse la liste des exigences que les compagnies aériennes américaines doivent remplir pour le retour en service de leurs appareils. Le 737 MAX avait été cloué au sol aux États-Unis le 13 mars 2019 par l’autorité réglementaire américaine après les deux crash de Lion Air, le 29 octobre 2018, et d’Ethiopian Airlines, le 10 mars 2019, qui avait un total de 346 morts.

« Je peux à présent vous dire que je suis à l’aise à 100 % avec le fait que ma famille vole dessus », a déclaré Steve Dickson dans une vidéo postée par la FAA sur YouTube. « Mais cela ne veut pas dire que le 737 MAX va reprendre immédiatement les airs. Nous devrons encore approuver le programme d’entraînement des pilotes pour chaque compagnie américaine opérant l’appareil », a-t-il notamment ajouté. Il s’agit de former les pilotes à la nouvelle version du logiciel anti-décrochage MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System), incriminé dans les deux crash. Boeing indique dans un communiqué que la consigne de navigabilité porte notamment sur les améliorations logicielles, la séparation de faisceaux de câbles et les opérations de déstockage des avions pour s’assurer qu’ils sont prêts à être remis en service commercial.

Cet article compte 1 180 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

avatar