GKN, symbole d’une industrie aéronautique en plein doute

En 15 ans, GKN est devenu un partenaire majeur d’Airbus. Crédit : GKN Aerospace.
Le rachat par un fonds du groupe britannique GKN, sous-traitant entre autres d’Airbus et des plus grands industriels européens et américains, provoque l’inquiétude de ses clients et des politiques.

GKN a perdu son indépendance. Après 259 ans d’existence, le groupe d’aéronautique, de défense et d’automobile est tombé dans les mains du fonds d’investissements Melrose au terme d’une offre publique d’achat hostile. La direction du groupe s’était pourtant montrée déterminée à échapper aux mains de Melrose.

Nouvellement dirigé par Ann Stevens, GKN s’était rapproché de Dana, spécialisé dans l’automobile, et avait conclu la création d’une coentreprise avec sa propre partie automobile, à condition de rester indépendant. Il s’agissait ainsi de gagner les votes des grands investisseurs, inquiets des performances de GKN… et dont beaucoup sont aussi membres de la direction de Melrose.

Mais cette cession, qui n’aura pas lieu pour le moment, n’a pas suffi. À 52 %, les actionnaires de GKN ont préféré se vendre à Melrose. Le fonds britannique est spécialisé dans le rachat, la rationalisation et la revente de sociétés industrielles en difficulté.

Cet article compte 800 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar