La Chine teste le transfert géostationnaire low cost

CZ-2S géostationnaire
Premier lancement du CZ-2C à destination de lorbite géostationnaire. Crédit : DR.
Pour le satellite Apstar 6E, la Chine n’a pas utilisé un de ses lanceurs classiques taillé pour le transfert géostationnaire mais un Chang Zheng 2C, dévolu aux missions sur orbite basse, et une combinaison de propulseurs liquides et électriques, non sans difficulté.

Le 12 janvier à 18 h 10 TU, un lanceur Chang Zheng 2C de la Calt (China Academy of Launcher Technology) décollant de la base de Xichang, dans les montagnes du Sichuan, a placé une charge inhabituelle sur une orbite inhabituelle. Le satellite de télécommunications géostationnaire Apstar 6E, de l’opérateur hongkongais APT Satellite, a été séparé sur une orbite basse (228 x 641 km), inclinée à 28,51°, alors qu’il doit rejoindre sa position géostationnaire à 134° Est, à la verticale de la Nouvelle-Guinée.

Cet article compte 380 mots. 

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents
La Chine teste le transfert géostationna...
Invité

[…] Pour Apstar 6E, la Chine n'a pas utilisé un de ses lanceurs taillés pour le transfert géostationnaire mais un CZ-2C, non sans difficulté  […]