Le NTSB confirme la responsabilité de Boeing

NTSB
Selon le NTSB, la porte arrachée avait été mal fixée chez Boeing. Crédit : NTSB.
La responsabilité de Boeing dans l’incident spectaculaire survenu le 5 janvier sur un 737 MX9 a été confirmée par l’enquête officielle. Les écrous qui auraient dû maintenir la porte condamnée arrachée en plein vol étaient bien manquants.

L’enquête préliminaire du NTSB sur l’incident d’Alaska Airlines a confirmé que les quatre écrous permettant de sécuriser le panneau de porte du 737 MAX9 étaient absents lors du vol du 5 janvier dernier, ce qui a permis sa séparation du fuselage alors que l’avion se trouvait à 16 000 pieds (près de 5 000 m d’altitude).
L’absence de dommages liés à l’usure ou à la déformation « indique que les quatre boulons qui empêchent le mouvement vers le haut du panneau MED (mid exit door) étaient manquants », a indiqué le NTSB (National Transportation Safety Board) dans son rapport préliminaire publié le 6 février.

Cet article compte 650 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents
Le NTSB confirme la responsabilité de Bo...
Invité

[…] La responsabilité de Boeing dans l'incident spectaculaire survenu le 5 janvier sur un 737 MX9 a été confirmée par l'enquête du NTSB.  […]