Yamal 601, le satellite que la Russie a failli ne pas avoir

Le satellite Yamal 601 en essais à Cannes. Crédit : A. Palomba - Thales Alenia Space.
Le nouveau satellite de Gazprom, Yamal 601, a été mis sur orbite par un lanceur Proton. Le contrat avec Thales Alenia Space, un temps remis en question par la crise de Crimée, par la crise économique russe et par le Kremlin, a finalement été accompli.

Mise à jour de l’article le 7 juin concernant le transfert géostationnaire.

Faute de marché, les lancements de Proton sont devenus rares, et ils le sont encore plus avec des charges utiles de télécommunications civiles. La mise sur orbite de Yamal 601 au départ de Baïkonour, lors du premier vol de Proton M depuis le début de l’année, apparaît donc comme un événement.

Le satellite de télécommunications, qui sera le plus puissant exploité par l’opérateur russe, a été développé, intégré et testé à Cannes, par Thales Alenia Space, dans le cadre d’un contrat dont la mise en œuvre a été interrompue pendant plus de deux ans, pour des raisons politiques et économiques. La réalisation du satellite a même failli être confiée à l’industrie russe.

Cet article compte 1 110 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

avatar