Avec JSE, Tokyo garde Pyongyang à l’œil

La condensation matérialise l'onde de choc autour du lanceur H-2A F39 lors du passage du Mach. Crédit : DR.
Le Japon vient de lancer JSE-Reda 6, dernier-né d’une série de satellites conçus pour donner à Tokyo ses propres moyens de surveiller la Corée du Nord.

Au petit matin du 12 juin, à Singapour, Donald Trump rencontrait Kim Jong-un à l’invitation de ce dernier et s’enorgueillissait d’avoir signé avec son homologue nord-coréen un accord laconique sur une future dénucléarisation de la péninsule coréenne.

À 4 h 20 TU, alors que les deux délégations se préparaient à déjeuner, à 4 315 km de là, sur l’île de Tanegashima, Mitsubishi Heavy Industries (MHI) procédait au lancement du 39e H-2A depuis 2001 afin de placer sur orbite le 16e satellite d’observation du système JSE (Joho Shushu Eisei). Plus connu des Anglo-Saxons sous le nom d’IGS (Information Gathering Satellite), ce système permet au Japon de surveiller les activités militaires de la Corée du Nord en toute autonomie.

Cet article compte 520 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar