Bras de fer de Boeing avec la FAA sur le retour du 737 MAX

737 MAX FAA
La chaîne de production des 737 MAX à Renton. Crédit : Boeing.
Confronté à l’intransigeance de la FAA qui souhaite garder la main sur le retour en vol du 737 MAX, Boeing en a suspendu la production pour mettre en balance les emplois et la croissance de l’économie américaine. La crise a également finalement coûté son poste au patron de l’entreprise Dennis Muilenburg.

L‘avionneur a décidé de changer la tête en espérant changer les choses. Après presque une année de crise, l’annus horribilis de Boeing se conclut sur le départ de Dennis Muilenburg, annoncée le 23 décembre. Déjà successeur de celui-ci au poste de président du conseil d’administration, David Calhoun va, dès le 13 janvier, prendre en charge toute la direction de l’avionneur.

Les réponses de Dennis Muilenburg aux élus américains avaient fait douter de sa capacité a réellement faire sortir l’entreprise de l’ornière où elle s’enfonce depuis le crash d’Ethiopian en mars dernier. La décision de Dennis Muilenburg, qui officiellement a démissionné de son dernier mandat avec effet immédiat, est la suite logique de la crise.

Autre rebondissement dans le feuilleton du 737 MAX : les déboires de Boeing s’étendent désormais à l’ensemble de la sous-traitance de l’avionneur, voire à l’économie américaine, après l’annonce mi-décembre de la suspension, pour une durée indéterminée, de la production de l’appareil à partir de janvier 2020. Alors que Boeing croyait voir le bout du tunnel, ce nouvel épisode plonge l’avionneur, ses sous-traitants et les compagnies clientes, dans l’incertitude.

Combien de temps la production du MAX sera-t-elle suspendue ? Quelles seront les conséquences pour la chaîne de sous-traitance ? Quand l’appareil pourra-t-il retourner en service commercial ? Combien de temps faudra-t-il pour les équipementiers et fournisseurs pour retrouver le niveau de production qui prévalait il y a un an, voire celui que vise Boeing à terme et qu’il aurait dû atteindre en juin dernier, c’est-à-dire 57 avions sortant tous les mois de la ligne d’assemblage de Renton ?

Cet article compte 1 910 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Squara
Invité
Squara

Des experts canadiens ont révélé une faiblesse dans l’aileron de queue qui sert a stabiliser l’avion. Cet aileron est actionné par des câbles d’acier et des freins a disque une technologie des années 60 date de la mise en service du premier exemplaire de 737. Cet aileron n’a pas été modifié depuis l’origine alors que le 737 MAX est 60 % plus imposant et 2 fois plus puissant que le premier 737. Cet aileron de stabilisation fait partie de la chaine de sécurité du logiciel MCAS et aurait dû être certifié avec le logiciel ce qui n’a pas été le… Lire la suite »

Stefan Barensky
Journaliste

Pourriez-vous nous indiquer de quels experts il s’agit et où trouver leur étude ?