Le site de Dahlewitz en Allemagne prend du galon dans le cadre du Brexit

La salle de réalité virtuelle à Dahlewitz permet de préparer les opérations. Crédit : Rolls-Royce.
Rolls Royce a décidé de renforcer ses investissements dans l’intelligence artificielle tout en s’appuyant sur le site de Dahlewitz, dont le rôle stratégique, à l’approche du Brexit, va se renforcer de manière significative.

Au fil des années, le siège de Rolls-Royce en Allemagne ne cesse de s’agrandir. De nouveaux bâtiments de bureaux prennent actuellement place à quelques kilomètres de Berlin sur le site de Dahlewitz. Ils accueilleront dès le début de 2019 la nouvelle équipe chargée de travailler sur l’intelligence artificielle, pour laquelle l’entreprise va investir en tout 100 M£ (113 M€) dans le monde. Une petite part de ces fonds sera alloué à l’équipe de Dahlewitz avec l’espoir de toucher plus d’argent de la part de l’État allemand – dans le cadre de son plan pour l’intelligence artificielle – et du Land de Brandebourg, qui soutient l’activité industrielle. Ce laboratoire sera en effet ouvert en coopération avec l’institut Hasso-Plattner, un centre d’excellence en ingénierie, situé à Potsdam.

Dans le cadre du Brexit, le site de Dahlewitz prend de plus en plus d’importance, car il permet à l’entreprise britannique de garder un pied dans l’Union Européenne. La conception des moteurs, enjeu central pour le motoriste qui doit garantir d’une certification européenne afin de les proposer au marché, est d’ailleurs devenue… allemande. Ce changement est simplement une question formelle, et n’a a priori pas eu d’impact sur les bureaux d’ingénierie eux-mêmes. Mais il est certain que ce genre de déplacement réglementaire va être amené à se renforcer dans le cadre du divorce entre le Royaume-Uni et l’UE, donnant au site de Dahlewitz une position centrale au sein de la société.

Cet article compte 1 010 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

avatar