L’ESA veut profiter de l’impulsion américaine vers la Lune

L'Esa
Le module de service européen d'Artemis 1 en préparation pour des essais acoustiques en avril dernier. Crédit : R. Sinyak - Nasa.
Après la mise en production des capsules Orion aux États-Unis, l’ESA va tenter de lancer la production en parallèle des modules de service ESM qui leur seront nécessaires.

L‘engagement de la Nasa sur la production des capsules Orion, ainsi que la mise en route de la fabrication d’un troisième exemplaire du lanceur géant SLS en août via la commande des premiers approvisionnements longs, sont des signes forts. Ils  confirment la volonté américaine de poursuivre le programme de retour vers la Lune, dont la station Lunar Gateway fait partie intégrante.

Le Canada et le Japon, déjà partenaires de la Station spatiale internationale (ISS), ont rejoint officiellement le programme Lunar Gateway de la Nasa en mars et mai. L’agence spatiale australienne ASA, créée le 1er juillet 2018, s’est ajoutée à l’équipe le 21 septembre.

Cet article compte 380 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE