Les compagnies aériennes élaguent leurs effectifs

Manifestation BA compagnies aériennes
Les syndicats ont projeté leurs revendications sur la façade du Parlement londonien. Crédit : UniteUnion.
Le trafic ne reprenant pas, les compagnies aériennes sont confrontées à des pertes abyssales et doivent envisager de réduire la voilure en sabrant dans leurs effectifs. La levée de l’interdiction de licencier qui avait été imposée aux compagnies américaines annonce une vague de suppressions d’emplois sans précédent.

Le transport aérien s’apprête à passer un hiver difficile, Covid oblige. L’Association internationale du transport aérien (IATA) estime que les compagnies aériennes vont dépenser à perte 77 Md$ au cours du second semestre 2020, soit environ 300 000 $ par minute, en raison de la reprise trop lente du transport aérien.

L’organisation, qui représente près de 300 compagnies aériennes du monde entier, table sur une moyenne de 13 Md$ de pertes de liquidités par mois au cours de la seconde moitié de 2020. En 2021, ce chiffre devrait être de 5 à 6 Md$ chaque mois en moyenne, soit environ 60 à 70 Md$ sur l’ensemble de l’année. Ce n’est qu’en 2022 que le secteur devrait revenir dans le vert, selon l’IATA.

« Nous brûlons des liquidités parce que nous ne pouvons pas réduire les coûts assez rapidement » alors que « les frontières restent pour la plupart fermées », a déploré Alexandre de Juniac, le directeur général de l’organisation en commentant les derniers chiffres de l’organisation, publiés le 6 octobre.

L’IATA, qui plaide pour des tests systématiques au départ des vols internationaux pour permettre la réouverture des frontières, mais aussi pour une homogénéisation des procédures et une concertation entre États afin de redonner confiance aux voyageurs, s’inquiète de l’arrivée de la saison hivernale, traditionnellement la moins active de l’année.

Cet article compte 890 mots et un tableau.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

avatar