Premiers tours d’hélices de l’Open Rotor

L'Open Rotor sur son banc d'essai. Crédit : E. Drouin - Safran.
Depuis mai dernier, à Istres, Safran teste un démonstrateur de nouvelle technologie pour préparer les moteurs des années 2030.

Trente ans après l’abandon des travaux sur cette filière aux États-Unis, le moteur à soufflante non carénée fait son grand retour en essais. Avec la mise au banc de son démonstrateur Open Rotor sur le site de la Base aérienne 125, à Istres, en Provence, Safran Aircraft Engines affiche des objectifs beaucoup plus ambitieux que ceux de la Nasa, de Pratt&Whitney et de GE à l’époque.

« On parle beaucoup de ruptures en aéronautique mais en réalité on en fait assez peu », relève Philippe Petitcolin, directeur général du groupe Safran. Cela doit changer avec l’Open Rotor.

Démonstrateur de rupture technologique destiné à préparer la propulsion des appareils monocouloirs court et moyen-courrier de prochaine génération à l’horizon 2030 (deux tiers du marché des avions neufs jusqu’à la fin 2036), l’Open Rotor a pour objectif de réduire la consommation de kérosène, ainsi que les émissions de gaz de 15 % par rapport au Leap (premier vol en 2014) et 30 % par rapport au CFM56 (en 1979).

Cet article compte 1 600 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE

Soyez le premier à commenter !


wpDiscuz