Vladimir Poutine dégaine le missile Sarmat et le système Avangard

Installation dans son silo du premier prototype du missile Sarmat (dans son conteneur), pour un essai d'éjection. Crédit : Ministère de la Défense de Russie.
Le président russe met en avant la modernisation de son arsenal stratégique avec le missile intercontinental RS-28 Sarmat, qui va commencer sa phase d’essais, et le système d’arme Avangard, qui est entré en production.

Encore jamais à ce jour, un missile russe en développement n’avait eu droit à pareil show. Le 1er mars, au cours de son allocution annuelle devant le gouvernement, les deux chambres du parlement – Douma et Conseil de la fédération – ainsi qu’un parterre d’officiels, le président russe Vladimir Poutine a présenté le missile Sarmat en annonçant que ses essais devraient commencer prochainement. L’annonce faisait partie de la présentation d’un catalogue de nouveaux armements que la Russie doit aligner dans les prochaines années pour réaffirmer son statut de grande puissance en tenant la dragée haute aux États-Unis.

Successeur du missile R-36M2 Voïvoda (SS-18 Satan pour l’Otan) développé par KB Youjnoïé et produit par MZ YoujMach à Dnepropetrovsk en Ukraine, le RS-28 (alias SS-X-30) doit pouvoir emporter jusqu’à dix ogives thermonucléaires de 550 kilotonnes, quinze à seize ogives plus petites ou 24 planeurs hypersoniques avec une portée de plus de 11 000 km, voire antipodale, offrant la possibilité de contourner les défenses adverses. Dans sa vidéo de présentation, le président russe, qui briguera un quatrième mandat à la fin du mois, n’a pas hésité à présenter les ogives du Sarmat sur le point de pleuvoir sur la Floride, lieu de villégiature attitré de son homologue américain.

Cet article compte 920 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE