Airbus et Safran : deux stratégies face aux écologistes

Leap écologistes
Le Leap 1-A permet des économies de 15 % de carburant sur les A320neo par rapport à la génération précédente. Crédit : H. Goussé - master films - Airbus
Les efforts de la filière sont souvent ignorés par les groupes écologistes, ce qui n’empêche pas les industriels de travailler sur la réduction des émissions, qui est déjà une réalité.

Victime collatérale de la crise du Covid-19, le secteur aérien est affaibli. Peu importe que le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) ne lui attribue, en temps normal, que 2 à 3 % des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, loin derrière les secteurs de l’énergie, du bâtiment, du textile ou même du numérique, les militants écologistes radicaux en ont fait le bouc émissaire de leur lutte pour le climat.

Le message antiaérien est tellement bien rodé dans les médias et les réseaux sociaux que plus aucune communication sur les questions climatiques ne s’illustre autrement qu’avec un avion, devenu synonyme de gabegie environnementale.

Pour tenter de désamorcer ce mouvement, Airbus a décidé de jouer la transparence en détaillant l’empreinte carbone de ses avions au cours de leur cycle d’exploitation, et en rappelant les pistes sur lesquelles il travaille pour réduire la facture environnementale de l’aérien.

Cet article compte 1 100 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE