Boeing pourrait faire face à la justice

737 MAX
Le Boeing 737 MAX8 qui s'est écrasé le 29 octobre 2018. Crédit : Lion Air.
Boeing risque des poursuites pénales. Le département américain de la Justice (DoJ) estime que le constructeur aéronautique n’a pas respecté les termes de l’accord conclu en 2021 qui lui permettait d’éviter un procès après les accidents de Lion Air et d’Ethiopian Airlines.

Accusé de fraude dans le processus de certification du 737 MAX à la suite des deux catastrophes aériennes en octobre 2018 et mars 2019 qui ont fait un total de 346 morts, le géant américain Boeing avait conclu en janvier 2021 un accord dit de poursuite différée (DPA : Deferred prosecution agreement) qui lui permettait, en contrepartie du paiement d’une amende de 2,5 Md$, d’éviter des poursuites.

Cet accord a expiré le 7 janvier dernier et le DoJ, qui avait six mois pour évaluer le respect de ces dispositions par le constructeur aéronautique, juge que l’avionneur a violé les termes de cet accord en omettant d’apporter les changements sur lesquels il s’était engagé.

Cet article compte 620 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE