La baisse de cadence du 737 MAX affecte peu la sous-traitance

737 MAX
La chaîne de production des 737 MAX à Renton. Crédit : Boeing.
L’interdiction de vol des 737 MAX étant appelée à se poursuivre, Boeing a réduit de près de 20 % la cadence de production de son monocouloir. Les équipementiers, dont le français Safran, s’adaptent sans trop de mal à ce nouveau rythme.

Un mois après le crash du vol 302 d’Ethiopian Airlines, la perspective d’un retour en vol rapide des 737 MAX s’est éloignée et la direction de Boeing a été contrainte de prendre des mesures pour s’adapter à la situation.

Dès le 6 avril, dans une déclaration retransmise à la presse, le P-DG de l’avionneur, Dennis Muilenburg, a reconnu le rôle clé joué par le système MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) équipant les 737 MAX dans l’accident du 10 mars ainsi que dans celui du vol 610 de Lion Air le 29 octobre. Tout en affirmant que les travaux progressaient sur la correction du logiciel du logiciel et son expérimentation en vol, il a dû annoncer « un ajustement temporaire du système de production », avec une baisse de cadence des chaînes effective depuis la mi-avril.

Cet article compte 1 220 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE