Présidentielles : ils ne promettent pas la Lune

Avec Galileo puis Copernicus, la Commission européenne est devenue un investisseur majeur dans le secteur spatial européen. Crédit : M. Pedoussaut, ESA.
Hormis Jean-Luc Mélenchon, qui a présenté un vrai programme pour le secteur, les candidats se sont montrés peu intéressés par la question spatiale.

Dans ses 144 propositions, Marine Le Pen ne fait aucune référence au secteur spatial en dehors de sa promesse d’augmenter de 30 % le budget de la recherche publique.

En revanche, dans son livre programme L’Avenir en commun, Jean-Luc Mélenchon se montre extrêmement disert. Il fixe comme priorité « de nous tourner vers les frontières de l’humanité et d’y apporter notre contribution active : la mer, l’espace, les mondes du numérique ». Le secteur spatial est à l’honneur dans les propositions du candidat de la France Insoumise avec des objectifs ambitieux et quelques mesures très précises.

Cet article compte 590 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE

Soyez le premier à commenter !


wpDiscuz