Thales Alenia Space pourrait réduire la voilure en France

Thales Alenia Space
Vue d'artiste du futur satellite de très forte capacité Konnect VHTS. Crédit : Thales Alenia Space.
Le repli des marchés des satellites d’observation et de télécommunications pourrait amener Thales Alenia Space à réduire l’effectif de sa branche française de 500 postes.

Chez l’industriel franco-italien on ne parle encore que de « sureffectif conjoncturel », mais le constat est là : si le marché des satellites ne se reprend pas, il ne sera pas possible de maintenir l’emploi à son niveau actuel sur les sites de Cannes et de Toulouse. Ce constat a été présenté aux instances représentatives du personnel lors de la réunion du Comité central d’entreprise (CCE) qui s’est tenu le 10 avril.

Ce sureffectif est estimé à 500 postes à répartir entre Cannes, où travaillent quelque 2 000 personnes, et Toulouse, qui en emploie environ 2 500 auxquelles il faut ajouter 500 prestataires. Le site de Cannes subissait déjà un plan d’adaptation avec une réduction de 300 postes dont la moitié chez des sous-traitants.

Cet article compte 1 080 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

avatar