L’industrie « joue le jeu » de l’exercice AsterX

AsterX
L'exercice AsterX a regroupé 140 « joueurs » à Toulouse. Crédit : M. Valle - Armée de l'Air et de l'Espace.
À Toulouse, le Commandement de l’Espace a mené son nouvel exercice AsterX de gestion de crises sur orbite. Cette année a vu une forte participation internationale mais aussi l’intégration de partenaires industriels dans la simulation.

Un État puissant cherche à déstabiliser un de ses voisins en soutenant en sous-main des milices armées qui pourraient le faire basculer dans une véritable guerre civile. Sous mandat de l’Onu, nos troupes ont commencé à être déployées en mission de maintien de la paix. En marge de cette crise géopolitique qui se déroule sur Terre, des satellites de cette grande puissance, antagoniste sans être ouvertement hostile, manœuvrent et certains pourraient se rapprocher de nos propres satellites. Cette situation fictive pourrait en rappeler d’autres, mais en pratique il ne s’agit que du scénario du 4e exercice AsterX, organisé du 4 au 15 mars à Toulouse par le Commandement de l’Espace (CDE).

Durant les douze jours de cet exercice unique en Europe, 140 « joueurs », dont 27 participants étrangers, ont dû se confronter à une situation complexe sur orbite, entièrement simulée. Ils ont ainsi pu tester des moyens et des stratégies de détection, d’analyse mais aussi de réaction à une situation de crise en évolution, avec des contraintes techniques, diplomatiques et même légales.

Cet article compte 1320 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

L’industrie « joue le jeu &raq...
Invité

[…] À Toulouse, le Commandement de l'Espace a mené son nouvel exercice AsterX de gestion de crises sur orbite.  […]