Safran Tech prend la mesure des carburants durables

Bearcat Safran Tech
Le banc Bearcat chez Safran Helicopter Engines. Crédit : R. Bertrand - Safran.
Chez Safran Helicopter Engines, un banc d’essai de turbine a permis d’observer comme jamais la combustion d’un carburant « durable » dans un moteur. À la clé, une connaissance unique pour améliorer la conception des carburants aussi bien que celle des moteurs afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

« Regardez : il n’y a rien à voir ! », annonce, tout sourire, Franck Saudo, président de Safran Helicopter Engines (SHE). En temps normal, sur le site de Bordes, près de Pau, où l’ex-Turbomeca produit et teste ses moteurs, il est facile de voir si l’un tourne au banc : grâce à la fumée qui sort de la cheminée rejetant les gaz d’échappement. Pourtant, ce 8 septembre, un moteur tourne et rien ne semble sortir de la cheminée.

C’est un des résultats les plus voyants de la campagne d’essais qui s’achève ici : un moteur tournant avec 100 % de carburant durable SAF (Sustainable Aviation Fuel) produit 60 % de fumées en moins et ça se voit à l’œil nu. Les équipes de Safran Tech, l’entité transverse au groupe Safran responsable des activités de R&T, ont collecté des données d’une importance primordiale pour les travaux sur la décarbonation du transport aérien.

Safran Tech a pris ses quartiers chez SHE pour y installer un banc d’essai d’un modèle un peu particulier, le Bearcat (Banc d’essai avancé pour la recherche en combustion et aérothermique des turbomachines). Résultat de sept ans de travaux, cet instrument d’essai n’est pas destiné aux seules études sur les carburants durables, mais il y trouve une utilisation particulièrement adaptée.

Cet article compte 1 690 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE