L’ A220, un succès pas encore rentable

A220
Le premier A220 de JetBlue s'envole le 9 décembre de Mobile pour son premier vol de test. Il sera livré avant la fin de l'année. Crédit Airbus.
Le programme A220, racheté par Airbus à Bombardier, est apprécié par les compagnies, mais n’arrive pas encore à gagner de l’argent.

Comment augmenter les cadences sans alourdir les pertes ? C’est le paradoxe auquel est confronté Airbus autour de l’A220, qui s’affiche en tête de ses ventes depuis le début de l’année mais dont le programme est toujours déficitaire. Le succès du « Petit Poucet » de l’avionneur européen a même été confirmé depuis le début de la crise du Covid-19, en s’imposant comme l’un des avions les moins affectés par la pandémie, avec un taux d’utilisation proche de 100 % dès l’automne dernier.

Malgré cela, Airbus a dû repousser d’un an le seuil de rentabilité du programme, envisagé jusque-là vers le milieu de la décennie.

Cet article compte 900 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

AUCUN COMMENTAIRE