Défaillance d’un satellite Intelsat Epic

Intelsat 29e, le premier Epic, a été lancé en janvier 2016. Crédit : Boeing
Intelsat 29e, le premier satellite de la série Epic d’Intelsat, a été victime d’une double avarie. C’est première fois qu’un opérateur doit gérer l’indisponibilité d’un tel satellite de très forte capacité de type HTS.

Trois ans après son entrée en service, Intelsat 29e, le plus vieux des six satellites Epic d’Intelsat, a été victime le 7 avril au soir d’une défaillance de son système propulsif. L’opérateur a confirmé l’incident mais n’a pas donné d’information sur son origine. La conséquence principale semble avoir été une fuite d’ergols à l’intérieur même du satellite.

Durant les opérations de reprise de contrôle avec le soutien du constructeur Boeing, le 9 avril, la situation s’est apparemment détériorée, avec une perte de contact intermittente.

Selon la société ExoAnalytic Solutions, qui utilise 27 observatoires et plus de 300 télescopes sur l’ensemble de la planète pour fournir commercialement des services d’observation de l’espace de type SSA (Space Situational Awareness), des débris ont été repérés à proximité du satellite dès le 8 avril, sans pouvoir déterminer s’il s’agissait de fragments structurels ou d’ergols gelés. Le satellite en lui même aurait été déstabilisé – ce qui expliquerait les liaisons intermittentes – et dériverait vers l’est, hors de contrôle.

Cet article compte 700 mots.

[…]

Ce contenu est réservé aux abonnés.      S’abonner

Poster un Commentaire

avatar